Un été au coeur du patrimoine des 3 Vallées

S’aérer l’esprit sera la priorité des vacanciers cet été ! Sur les sentiers valléens, à l’orée des bois, aux sommets des massifs ou dans les airs, la nature est au coeur du programme estival proposé par Les 3 Vallées. Prenez rendez-vous avec une nature brute et des panoramas à couper le souffle lors d’un séjour ressourçant – comme une parenthèse pour se retrouver soi et ses proches, en pleine nature, loin de la frénésie citadine.

Ses 35 000 hectares de nature permettent une profonde reconnexion à une faune et une flore sauvages, là où l’homme se fait rare. Une évasion essentielle pour lâcher prise et passer des moments inoubliables en famille ou entre amis, à la découverte, entre autres, des trésors naturels des 3 Vallées.

Découvrez les merveilles des 3 Vallées, entre vallées et cimes, où des paysages grandioses demeurent intacts et brillent par leur authenticité.

LES TRÉSORS NATURELS

Avec ses 535 km2 parcourus de 400km de sentiers balisés, le Parc national de la Vanoise déploie, jusqu’aux 3 Vallées, un territoire peuplé d’une faune et d’une flore remarquables, fait de paysages grandioses parsemé d’une architecture pastorale. Autant de trésors préservés.

Une faune et une flore très développées

Dans son écrin de nature, le Parc national de la Vanoise compte…

  • 146 500 hectares de terres
  • 29 communes
  • 37 000 habitants
  • 400 espèces animales et 545 végétales
  • 2 600 bouquetins
  • 6 000 chamois
  • 125 espèces d’oiseaux nicheurs
  • 20 couples d’aigles royaux
  • 3 couples de gyapaètes barbus sur les 13 recensés sur tout l’Hexagone.
Crédit photo : Sylvain Aymoz / Méribel Tourisme

Un patrimoine naturel exceptionnel

Selon la synthèse « Flora Gallica » émise par la Société botanique de France (Biotope éditions), un tiers de la flore française pousse dans le Parc national de la Vanoise ! Soit 1700 espèces parmi lesquelles la Laîche des glaciers ou le jonc arctique, mais aussi l’Edelweiss protégé, la bruyère carnée ou encore la précieuse Linnée boréale… autant de références qui font de ce parc un écrin naturel incontournable pour les amoureux de botanique.

Nos arbres, nos forêts… apprenez à les reconnaître !

Feuillus, épicéas, arbustes, plantes… une multitude végétale recouvre notre territoire. Dispersée sur les pentes de nos montagnes selon un schéma naturel bien précis. Tour d’horizon.

Le relief des montagnes de nos vallées peut se partager en quatre grands étages abritant chacun des espèces bien spécifiques. L’étage montagnard, qui grimpe de 800 à 1 500 mètres d’altitude, est recouvert à foison de forêts, essentiellement composées de hêtres et de sapins mais aussi de mélèzes. De 1 500 à 2 000 mètres d’altitude, nous voici dans l’étage subalpin. La végétation y est déjà moins dense, moins haute aussi. Y prospèrent des aulnes, arbustes, genévriers mais également des rhododendrons et massifs à myrtilles, rassemblés en vastes landes où la neige persiste le plus longtemps. Au dessus, et jusqu’à 3 000 mètres d’altitude, se dresse l’étage alpin. À partir d’ici, il n’y a plus d’arbustes et la neige accumulée tout au long de l’hiver demeure une partie de l’été au fond des combes pour former les névés. Aux beaux jours, de petites fleurs garnissent les pelouses alpines tandis que du lichen pousse sur des rochers. Au-delà de 3 000 mètres d’altitude, la végétation ne se développe plus. La faute aux glaciers qui recouvrent les sommets !

Crédit photo : DR

3 arbres des 3 Vallées

1. Le Hêtre : pouvant mesurer jusqu’à 40 mètres de hauteur, le hêtre possède une écorce lisse, aux teints de gris clair. Ses feuilles sont ovales, au bord externe lisse et à quatre ou cinq lobes arrondis. Il fleurit en avril ou en mai selon les régions.

2. Le Mélèze : lui aussi peut atteindre les 40 mètres, et c’est le seul résineux avec le Cyprès chauve à perdre ses aiguilles durant l’hiver. En vieillissant, son écorce devient rouge et présente des crevasses importantes. On peut reconnaitre facilement un mélèze grâce aux petits cônes qu’il produit, et aux aiguilles vert clair, courtes et molles sur ses rameaux.

3. Le Pin Cembro : arbre par excellence de la haute montagne, celui que l’on appelle aussi le Pin des Alpes a besoin d’une trentaine d’années pour devenir un arbrisseau de 1,30 mètres ! Il peut cependant vivre jusqu’à 600 ans et atteindre les 25 mètres. Son écorce est lisse, d’un gris-vert lorsqu’il est jeune puis s’écaille avec le temps. Toute l’année, ses rameaux gardent leur remarquable couleur vert-bleuté.

Les lacs d’altitude, des formations naturelles époustouflantes

Fruits d’une érosion qui peaufine son oeuvre depuis des milliers d’années, les lacs d’altitude habillent le décor alpin avec un vert émeraude, signature d’un joyau naturel incontournable pour promeneurs en cette saison estivale.

Deux spots époustouflants à découvrir : le Lac des Fées et les Lacs Merlet, qui se découvrent respectivement au départ de Méribel Mottaret et Courchevel Moriond.

Crédit photo : Sylvain Aymoz / Méribel Tourisme

LES INCONTOURNABLES

Les abeilles noires, une richesse nichée au coeur de la Vallée des Belleville

L’abeille noire est une espèce dite « rustique, économe et capable de passer six mois sous la neige durant l’hiver « , comme l’indique Klébert Silvestre, qui en est leur gardien depuis plus de 20 ans. Cet apiculteur arrivé dans la région après plusieurs années de rencontres et de découvertes effectuées au fil de ses nombreux voyages, s’est donné pour mission de protéger cette espèce à tout prix, dès l’arrivée des beaux jours. Pisteur secouriste l’hiver, cet amoureux des abeilles remet sa combinaison d’apiculteur en été pour présenter ce trésor naturel, lorsqu’il accueille les touristes dans la maison qui leur est dédiée : la Maison de la nature et de l’abeille noire. Ce lieu a pour mission d’éduquer et sensibiliser la population à travers un parcours sensoriel et interactif.

Crédit photo : Yann Allegre / OT Les Menuires

Minéral et sauvage

La journée commence très tôt. Côté dress code, c’est doudoune obligatoire. Accompagné(e) d’un guide, voilà les explorateurs partis pour une randonnée glaciaire. À 3 000m d’altitude, ils explorent un univers minéral et sauvage. Crampons aux pieds et piolet à la main, on évolue entre les crevasses.

Où ? À Courchevel et Val Thorens

Informations : Bureau des Guides des stations des 3 Vallées

Crédit photo : C. Ducret / OT Val Thorens

Vachement sympa

Et si les visiteurs profitaient de leurs vacances pour faire un petit tour à la ferme ? Les enfants vont adorer voir les animaux de (très) près. Et qui sait ? Ils seront peut-être invités à participer à la traite ou à la fabrication du fromage.

Où ?

Chez Pépé Nicolas (Val Thorens) – chezpepenicolas.com / 06 09 45 28 35

à La Ferme de Villarenger (Saint-Martin-de-Belleville) – villarenger.fr / 04 79 08 97 67 – 06 77 22 10 20

au Refuge de la Traye (Méribel) – refugedelatraye.com / 04 58 24 04 04

dans les fermes de Courchevel et dans plusieurs alpages des 3 Vallées

 

Un peu de fraîcheur

Après une bonne randonnée, on a souvent envie de s’offrir une pause bien méritée au bord d’un torrent ou d’un lac. C’est le spot parfait pour tremper vos pieds. Conseil pour prolonger le plaisir : faire quelques pas, toujours pieds nus, dans la pelouse alpine ou la mousse des sous-bois.

Où ? Au bord de tous les ruisseaux ou lacs des 3 Vallées

Crédit photo : David André / Les 3Vallées®

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top