Sortir de la crise et imaginer le tourisme de demain en Isère

Dans ses annonces de jeudi 7 janvier, le gouvernement a prévenu que les remontées mécaniques des stations ne pourraient pas ouvrir dans les prochains jours, les perspectives pour le 20 janvier étant présentées comme une date de révision d’une éventuelle ouverture début février en fonction de la crise sanitaire. Un coup dur pour les professionnels de la montagne, qui ont néanmoins apporté une démonstration de leurs responsabilités et de leur capacité à agir à Noël, en proposant des alternatives au ski alpin et en proposant des gestes de barrière.

Face à de graves conséquences économiques et sociales pour l’industrie du tourisme, l’Isère et son agence Isère Attractivité développent une stratégie de crise à 3 niveaux: mesurer l’impact de la crise pour mieux la comprendre; gérer ses effets et soutenir les territoires et les entreprises; Sortez de cette crise avec l’idée du tourisme de demain.

Mesurer l’impact de la crise pour mieux la comprendre, mais aussi pour partager des données avec les experts, les élus et l’Etat d’Isère Attractivité, il a reçu en 2018 un outil de veille qui analyse annuellement les performances économiques des différents secteurs. «Activités formant l’offre touristique de l’Isère. Cela a permis à l’agence de saisir rapidement la gravité de la crise à venir en avril de l’année dernière. Le premier emprisonnement a provoqué une perte de chiffre d’affaires de l’économie touristique de l’Isère de 380 millions d’euros, la saison estivale, malgré d’excellents visiteurs français, a fait état de pertes de 120 millions d’euros, la deuxième vague de COVID et la fermeture des remontées mécaniques pendant les vacances de Noël ont causé des pertes de 250 millions d’euros.

Sur l’ensemble de l’année, l’Isère a perdu 1,8 million de nuitées touristiques françaises par rapport à 2019 (-12%) et 4 millions de nuitées étrangères (-40%). L’année 2020 s’achève sur un solde de pertes de 750 millions d’euros pour l’une des plus grandes économies de l’Isère (chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros en 2019 et 23300 emplois).

La faiblesse de l’activité a également un impact significatif sur les industries de la sous-traitance: 5 000 restaurants isérois fermés, autant de producteurs, vignerons, artisans, blanchisseries perdent leurs principaux débouchés. 22 stations avec des remontées mécaniques fermées, des centaines d’équipementiers (équipements et équipements pour les domaines skiables, matériel de ski et autres activités, habillement …) sont installés dans le bassin grenoblois, qui sont situés sans prise. Nous sommes satisfaits de la croissance des raquettes et des randonnées à ski au cours des 3 dernières années, mais gardons à l’esprit qu’en 2019, le ski nordique a généré un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros et les remontées mécaniques 128 millions d’euros. „€. Les stations sur la colline sont les villages qu’ils ont

Gérer les effets de la crise, accompagner les territoires et les entreprises, communiquer leurs attentes et les besoins de l’Etat pour une assistance plus globale et mieux adaptée Le tourisme est une compétence partagée. Face à la crise sanitaire, chaque communauté a un rôle à jouer. Le département de l’Isère a contribué à hauteur de 5 millions d’euros au Fonds pour la Région Unie, lancé par la région Auvergne Rhône-Alpes. Il fait également office d’amortisseur social, par exemple en Isère il a participé à l’achat de tests antigéniques pour les stations, il soutiendra la mise en place de centres de test locaux; a demandé à l’agence d’attraction de mettre en place au printemps un centre d’appels pour les entreprises touristiques afin de réaliser des opérations de solidarité auprès des restaurateurs et du personnel infirmier. Grâce au mécanisme original, les contrats de performance dans les Alpes d’Isère,

Les communes et communautés de communes assurent la sécurité de leurs habitants et de leurs entreprises.

Sortez de la crise, imaginez le tourisme de demain et demandez à l’Etat de la visibilité et des perspectives Cette pandémie, qui pourrait venir de Chine, nous invite également à réfléchir sur l’étymologie du mot «Wei-ji» en chinois, qui dans la première partie fait référence au mot «Wei-ji». crise »et dans la deuxième« opportunité ».

Dans les années 1960, l’épopée de l’or blanc a été déclenchée par un vaste plan de montagne. Aujourd’hui, un nouveau plan «station de montagne» soutenu par l’Etat est indispensable. Ce nouveau plan devra accompagner les stations de montagne dans les nouveaux défis auxquels elles seront confrontées pour repenser l’offre montagne des quatre saisons, répondre aux nouvelles attentes des clients et lutter contre le changement climatique.

L’objectif serait de faire évoluer les usages et les bénéfices des stations, de permettre l’accès le plus jeune et le plus modeste aux ressources naturelles de la montagne, de réévaluer l’environnement et d’optimiser la gestion des stations.

Dans ce contexte, le Mont Isère a vocation à devenir le territoire national d’expérimentation avec le tourisme de demain, et sa localisation dans la dimension du bien-être et de la santé va dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top